Les animaux nuisibles

   Publié le 05/12/2012 Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article


 

Arrêté préfectoral fixant la liste des animaux nuisibles

Cliquez ici pour le consulter

 

Le moustique tigre


     AEDES ALBOPICTUS dit « DIT MOUSTIQUE TIGRE »

 

Quelques consignes à respecter

 

Le moustique tigre est un insecte de la famille des CULICIDAE, originaire d’Asie du sud-est et de l’océan indien.
C’est l’une des dix espèces les plus invasives au monde étant actuellement présente dans 80 pays sur les cinq continents.
 
L'adulte femelle, la seule qui pique, présente un abdomen effilé, avec des bandes transversales blanches et une ligne blanche caractéristique sur le thorax. Agressive le matin et le soir, elle pique surtout les pieds et les jambes. Les vêtements couvrants, répulsifs corporels et autres insecticides habituels sont efficaces contre l'Aedes albopictus.
 
Même si le risque d’épidémie en zone tempérée est fortement réduit Chacune et chacun de nous peut participer à la lutte contre sa prolifération  par des gestes simples et de la vigilance.
L’aedes Albopictus se développe sous forme de larves dans l’eau. C’est donc là qu’il faut agir avant l’émergence des moustiques adultes.
 
Nos jardins sont un lieu de prédilection pour son développement.
 
Le meilleur moyen de se prémunir, c'est encore d'empêcher l'apparition de ces moustiques. Pour cela, il faut et il suffit de supprimer les eaux stagnantes, où se développent les larves de l'insecte - 200 oeufs environ par femelle - qu'il s'agisse de piscines (mises à l'arrêt hors saison chaude), de gouttières, de rigoles d'évacuations obstruées, mais aussi de bidons, seaux, coupelles de pots de fleurs qu'il convient de vider au moins une fois par semaine. Concernant les bassins d'agréments, il est conseillé d'y introduire des poissons rouges, friands de larves…
 
Si l’élimination mécanique des gîtes larvaires est impossible
Le Conseil Général des Alpes Maritimes a mis en service un numéro vert gratuit et accessible à tous : 0 800 740 606
L’organisme mettant en œuvre une désinsectisation est l’Entente Interdépartementale de Démoustication (EID Méditerranée) : 0 825 399 100

Supprimez les eaux stagnantes, c’est 50% de succès

Pour consulter l'arrêté prefectoral relatif aux modalités de mise en oeuvre du plan anti-dissemination du chikungunya et de la dengue, cliquez ici.

 

 


Les sangliers




A l’exception de quelques communes urbaines, le sanglier est présent sur l’ensemble des Alpes-Maritimes depuis le littoral méditerranéen jusqu’aux pelouses alpines.
Sur la bordure côtière, il pénètre localement les zones urbaines à la faveur de vallons encaissés et broussailleux et de différents parcs.
Auparavant, le sanglier était peu abondant dans le département. Toutefois, sous l'effet déjà ancien d'une forte déprise rurale, les espaces naturels se sont progressivement embroussaillés au bénéfice de l'espèce. En effet, le sanglier enregistrait un accroissement sensible de ses effectifs au début des années 1990 comme en témoigne l'évolution des prélèvements cynégétiques.

A la fin des années1970, le tableau de chasse au sanglier oscillait autour de 900 à 1000 sanglierspar an. Il était de 1406 en 1989 et de 2055 en 1990. Le prélèvement a continué de progresser pour culminer à 6855 individus prélevés en 2000 et enregistrer, depuis, un certain tassement. Selon les communes, le tableau de chasse au sanglier oscille aujourd’hui de quelques individus à plus de 300 sangliers par an.


Afin de limiter son impact sur différentes activités humaines et les problèmes de sécurité publique que pose l'accroissement de ses effectifs, le sanglier est ainsi classé juridiquement "nuisible" par arrêté préfectoral sur plusieurs communes du sud du département afin d'y appliquer une réglementation spécifique conciliant chasse et régulation de l’espèce. Ce classement permet une régulation à tir plus souple mais n'autorise pas son piégeage.
Ailleurs, son statut d’espèce gibier lui permet d’être chassé durant la période générale d’ouverture et de fermeture.

Le développement du sanglier a suscité un fort engouement chez les chasseurs qui s'est traduit par un nombre croissant de pratiquants intéressés par ce gibier. Aujourd'hui, la chasse en battue du sanglier est celle qui draine le plus grand nombre de chasseurs.

La Commune de Colomars est dotée d'une société de chasse à laquelle il faut signaler le passage des groupes.
En dehors des périodes de chasse, des battues administratives peuvent être organisées afin de limiter les populations.

Pour obtenir l'imprimé de demande d'autorisation de destruction à tir veuillez cliquer ici